BRIDGES AND LINES, Virtual Art Exhibition

Erbil, IRAQ – Décembre 2021


Traits et Passerelles

ERBIL Vibrations

Visions déformées

Des formes droites aux lignes courbes

Une façon de considérer les lignes est de les voir comme un trait. Droite. Une coupe dans le ciel. Une ligne de base.

Verticale. Diagonale. Horizontale. A l’envers. Dans tous les sens.

Une frontière. Une limite. Une délimitation. Une séparation.

Une figure de style plutôt rassurante.

Simple.

Mais que se passe-t-il si elles commencent à se plier ? À se courber ? À s’estomper ? Et s’ils se déforment ?

Besoin d’un ajustement ? Effet de la lumière ? Luminosité ou ombres exacerbées. Trop de chaleur ? Mirages ?

Effet des yeux ? Vision floue ? Alors, que pourrait-il se passer derrière les lignes ? Ou autour d’elles ? Des perspectives tournoyantes, dansant autour du poteau.

Des constructions cubiques dont la seule ambition est de s’élever vers le ciel. Pourtant, certainement avec des raisons, les lignes d’horizon sont teintées et soulignées par de fines lignes d’éclairage au plomb.

Un signal, un but, un choix. Une réplique venue d’ailleurs ? Une volonté affirmée de mettre en valeur, de souligner, d’éclairer une poussée du sol en pleine croissance ? Champignons érigés saisonniers…. Cela existe-t-il seulement ?

Alors, plions-les. Voyons les courbes offertes par la scène urbaine, les mouvements nocturnes, la conduite dans les rues, les preuves pas si droites dans les coulisses.

Lignes colorées et ombres mouvantes. Des mystères derrière les rideaux.

La luminosité à côté de la grisaille. La vie à côté de la mort.

Une interprétation d’Erbil. Comme elle se présente et, ou ne se présente pas…

On peut voir avec ses propres yeux. Peut-être quelque chose d’autre ou quelque chose de plus et de différent.

Ces impressions. Ces émotions. Des sentiments propres, profonds, souvent étouffés par le bruit ambiant de la vie, qui peuvent, ou non, éclater à la surface, une fois libérés.

Bulles et ruisseaux, lignes et courbes, lumières et ombres, lignes d’horizon et racines, arrière-plans et premiers plans. Des arrière-plans. Contrastes mélangés. Des ponts vers l’inconnu.

Dans douze mois… Vivre ici.

Construire des ponts ou du moins les chercher. Lors de ma rencontre avec Hisham Taher en décembre 2020 à Erbil, un pont a été établi.

Un collègue artiste qui est depuis devenu un ami. Obsédé par la représentation de ses chaises politiques – des foules de couleurs – comme un lieu de sens et, comme Hisham m’a éclairé avec sa passion et sa lueur authentiques, pour représenter ses préoccupations et ses inquiétudes concernant son pays et sa ville d’origine, Mossoul. Nous avons tout de suite partagé la même conviction que l’art coule dans nos veines pour transmettre des émotions et des messages.

J’ai été interpellé par l’histoire d’Hisham, ses études d’art et ses compétences, alors que je me considère comme un artiste intuitif, spontané, récent et candide.

L’idée d’exposer nos œuvres respectives ensemble est venue tout naturellement dans mon esprit, à la fois comme une aventure artistique et comme un objectif, donnant un autre sens concret à ma présence temporaire ici.

Deux pays, des univers et des milieux différents, des modes d’expression et des styles distincts. Deux routes distinctes qui se rencontrent et convergent dans un langage commun, où les couleurs, les formes, les gestes et les émotions remplacent les mots.

Bridges résonne avec les sensations de suspension, de mouvement, de vibrations sensibles ressenties lors du franchissement des frontières, des limites et des lignes. Erbil, un point dans le temps ; – qui commence et qui vit – avec des sentiments inspirants, vibrants, profonds ou superficiels.

L’exposition Ponts et Lignes, par sa présentation sobre et le fruit à échelle modeste de l’amitié développée entre deux artistes, est une continuation moderne de générations d’exemples illustrant les relations particulières liant l’Irak et la France. En tant qu’artistes, nous nous rencontrons et décidons de nous exposer et de prendre des risques, au-delà de nos lieux de travail intimes. Devant l’extérieur sauvage, des scènes inconnues, déstructurées, spontanées. Les souvenirs sont ici aussi voilés de cicatrices. Le simple fait d’être est devenu inhumain pour beaucoup. Les codes traditionnels et la modernité ne cohabitent pas de manière pacifique et constructive. La jeunesse, qui constitue la majeure partie de la population, a tendance à se rebeller et à trouver des solutions et des perspectives alternatives. Une partie d’entre elle n’y parvient pas et se rétracte, régresse. Les murs entre les générations et la pression sociale sont remarquablement élevés.

L’exposition Bridges and Lines propose une interprétation visuelle pour attirer l’attention du visiteur, à partir de deux perspectives artistiques différentes, et pour susciter une réaction, une émotion. Comprendre les clivages et les écarts. Les combler par l’art. Les traiter maintenant pour l’avenir. La culture en général génère des étincelles, qui provoquent des chocs qui restructurent positivement les lacunes et les synapses et réalignent tout pour donner un nouveau sens.

L’art de… la cuisine, la musique, le dessin, la lecture, l’écriture, la peinture, la sculpture, les sorties dans la nature, la danse… sont autant de portes ouvertes pour créer – pour laisser « suinter » – tous les désirs intérieurs, les risques et les inquiétudes accumulés, les incertitudes, les menaces et les opportunités auxquels chacun est confronté. Ceux qui, en quelque sorte, ont été cachés, entravés ou emportés par le poids des générations. L’art est une énergie pour envoyer le « courant possible » comme une source d’énergie alternative et vitale, accessible à tous. Voir les couleurs vibrer et briller dans l’obscurité est un moyen de sortir et de s’élever. Sous toutes les formes. Vers le futur. Ponts et lignes.

Pierre Bessuges, Erbil, décembre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :